First Impact

• Welcome in a new world •
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nyhna Naolenn, simplement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Nyhna Naolenn, simplement.   Ven 25 Mai - 10:01



» Moi ? Je suis... «


» Feat: Strength - Black Rock Shooter
» Nom : Naolenn
» Prénom : Nyhna
» Surnoms : À vous de lui en trouver si ça vous chante.
» Âge : 13 ans
» Groupe : Stigma

» Si androïde, Capacités :
  • En premier lieu vient sa queue (voir description physique), qui est sans doute parmi ses capacités ce qu'elle manipule le mieux. Elle est capable de la bouger, l'étirer, la rétracter, mais ne peut la faire totalement disparaître.
  • Elle est considérée comme une « recycleuse » : en insérant quelque chose – n'importe quoi, du moment que ça rentre – au niveau de son torse, il en ressortira un simple cube aux reflets noirâtres.



» Regarde dans ce miroir. Ne suis-je pas trop mignonne ? ♪ «

Maigrelette et du haut de ses un mètre soixante, Nyhna est loin d'être des plus impressionnants de ce monde. Physiquement parlant, elle n'a aucune force et possède pratiquement la peau sur les os. Peau qui d'ailleurs présente un doux bronzage, ayant par moments à l'étrange tendance à tirer sur des reflets grisâtres, contrastant avec ses cheveux entièrement blancs, coupés mi-long. À son visage s'ajoutent de grands yeux couleur de l'ambre, ainsi qu'un grand sourire éclairant souvent ses traits.
Malgré ce dernier, ses vêtements peuvent porter au doute concernant ses amicales intentions. En effet, elle porte la plupart du temps un sweat noir sans manches, les trous étant larges de telle façon qu'on aperçoit le début de l'emplacement de ses côtes – presque visibles, la demoiselle étant à la limite de la maigreur. Ce haut possède également un col étonamment grand, capable de dissimuler toute la moitié de son visage si l'envie lui prend ; élément par ailleurs bordé à l'arrière d'une capuche avec laquelle elle aime tout particulièrement recouvrir sa tête. De plus, à défaut d'avoir des manches, elle couvre ses bras de longs gants noirs montant jusqu'à peu avant ses coudes. Outre ces détails, le sweat ne se termine qu'au début seulement de ses cuisses, cachant tout juste un short légèrement moulant afin de ne pas la gêner dans ses mouvements. N'appréciant pas pour autant que le reste de ses jambes soit totalement découvert, elle ajoute à sa tenue de longs collants noirs, ainsi que de petites bottes de la même couleur.
Pour finir, du bas de son dos se trouve tout ce qu'elle a de moins humain. Une longue queue mécanique, composée de plusieurs segments de métal reliés par des pièces de la même matière, le tout prenant une sombre forme squelettique. S'ajoutant à ce sinistre membre d'acier, le bout de celui-ci est surmonté d'une pointe aux bords soigneusement affutés. Cette queue est conçue de telle manière que sa propriétaire peu la rétracter comme l'étirer à sa guise. Sa taille minimum est de moins d'un mètre, tandis que la maximum en atteint environ quatre.

» Viens, je ne suis pas méchante ! Mais... «

Malgré une apparence toute particulière – pour ne pas dire squelettique -, Nyhna est la joie de vivre incarnée. Du moins, elle possède un esprit enfantin à toute épreuve : influençable et immature, elle ne semble pas avoir la notion du danger, de la méfiance, il est par conséquent extrêmement facile d'obtenir une confiance aveugle de sa part du moment que vous lui paraissez « gentil ». Inconsciente du monde réel qui l'entoure, elle agit uniquement en fonction de ses instincts, ses envies, son humeur. Cette dernière, bien qu'instable par instants, ne semble jamais changer : la jeune fille a la capacité de sourire sous n'importe quelle épreuve ou presque. De plus, et ce doit être le plus étrange chez la demoiselle, elle s'amuse de tout et de n'importe quoi. Vous me direz que ceci est normal chez une enfant ou du moins quelqu'un l'étant resté, seulement, elle rit d'un jeu de poupée comme elle rit en pratiquant une éviscération humaine. S'alliant à sa conception de l'amusement plus ou moins morbide, Nyhna est très joueuse, littéralement. En chaque situation elle voit un nouveau jeu, en invente les règles et considère chaque personne (ou animal) comme des joueurs participants, qu'ils le veuillent ou non.

[Et... Vous verrez bien. Qu'y a-t-il de drôle à tout raconter maintenant ? ~]

» Avant, c'était... «

« La mort est la chose la plus effrayante pour une vie, non ? »
Nyhna a passé toute sa pure et courte enfance avec son père, dans une modeste maison de bois sans réel confort. Elle grandira sans même connaître le visage de sa mère, son paternel lui assurant pourtant que celle-ci reviendra bientôt ; chose malheureusement impossible, la pauvre ayant décédé peu après l'arrivée de sa fille. Elle évoluera malgré tout dans ce mensonge, n'allant pas une seule seconde douter de sa rencontre avec la figure maternelle. Bien qu'attendant, pour le plus grand désespoir de son père, patiemment cet événement, cela n'altèrera pourtant pas à sa bonne humeur : en effet, la demoiselle gardera étonamment une grande joie de vivre grâce à l'espoir de voir un jour sa mère.

« Hé, papa... Pourquoi tu ne souris pas ? »
Cependant, le sort semblait s'acharner sur la jeune fille. Leur situation s'aggravait, son père avait de plus en plus de mal à trouver du travail, gagner de l'argent et le moral baissait tout autant. Ils vivaient à l'écart, isolant Nyhna de tout ami potentiel, l'activité humaine étant bien faible là où ils se trouvaient. Mais elle gardait le sourire. Elle avait développé la capacité de s'amuser avec tout et n'importe quoi : cela pouvait être un groupe de cailloux comme un arbre entier – n'allez pas imaginer qu'elle essayait de le déraciner, grimper au creux de ses branches suffisait amplement. Malgré tout, la santé mentale de la demoiselle semblait peu à peu se dégrader, fait sur le moment invisible par un joyeux rictus persistant sur ses lèvres. Étant comme en manque de la présence d'un être vivant autre que son paternel, elle commença à tenter d'attraper les quelques animaux aux alentours – qui ne manquaient pas, la maison bordant une forêt. Se rendant rapidement compte que leur courir après n'était pas la meilleure solution, elle élabora d'enfantins petits pièges plus ou moins inefficaces les uns que les autres. Ses expériences passèrent par un bout de nourriture accroché à une corde, ou encore simplement attendre derrière un arbre qu'une bestiole traverse pour lui sauter dessus, ou même tendre une ficelle d'un tronc à un autre en espérant que sa proie s'empêtre dedans... Une semaine s'écoula ainsi sans que la moindre créature ne se jette dans ses filets. Le jeu commençait à agacer Nyhna qui ne comprenait pas pourquoi aucune bête ne voulait s'amuser avec elle. C'est à cet instant précis que son regard s'accrocha à un cadavre de souris. Il lui apparu comme une révélation : si les vivants refusent de s'amuser avec elle, alors les morts voudront certainement.

« Papa, j'ai trouvé des copains de jeu ! »
Elle avait alors onze ans. Elle avait prit l'habitude de jouer avec les animaux morts. Ce jour-là, son jeu consistait à tirer sur les ailes d'une dépouille d'oiseau. Elle en riait, elle s'amusait bien, allez donc savoir pourquoi. Elle commençait à lui arracher quelques plumes quand un craquement de brindilles attira son attention. Plissant les yeux, elle distingua une silhouette qui, à sa plus grande surprise, lui paraissait humaine. Heureuse d'en voir – enfin - une, elle abandonna le volatile pour aller voir l'homme de plus près. Il était étrangement vêtu de noir – curieux pour une balade en forêt -, mais la jeune fille s'en fichait. Il était humain, et cela lui suffisait. Souriant, il lui proposa un jeu et lui tendit la main. Sans aucune hésitation elle la saisit et fut brusquement tirée vers lui. Elle eût alors à peine le temps de voir qu'il n'était pas seul que ses yeux furent couverts d'une étoffe blanche, serrée derrière sa tête. « Le jeu ne marche pas si tu peux nous voir. N'enlève surtout pas ce tissu », disait-il. Alors Nyhna lui faisait confiance. Elle fut alors guidée à travers la forêt, demandant parfois ce qu'était ce jeu, sans pour autant obtenir de réponse. Au bout d'un moment, ses mains, qu'elle tendait instinctivement devant elle, heurtèrent quelque chose. C'était dur et froid et résonnait quand elle le tapait légèrement. Elle risquait alors de soulever son bandeau. Un véhicule ? À peine en prit-elle conscience qu'une désagréable douleur la piqua dans le cou. Sa vue devint floue, et ce fut le noir. Total.

« Dites, monsieur le vieux monsieur... Vous voulez jouer avec moi ? »
Elle sentait qu'elle se réveillait petit à petit, pourtant n'ouvrit pas les yeux. Dans son sommeil, elle avait tendu les bras et saisit quelque chose. Fronçant les sourcils, elle tentait d'identifier quoi. Cela ressemblait à du tissu... elle tâtonnait un peu et, remontant, collait ses mains dans un claquement sur deux surfaces semblables à de la peau. Des joues. Elle sentit des mains venir sans la brusquer retirer ses doigts. Elle se décidait alors de relever les paupières. Un homme aux cheveux noirs la regardait, ainsi que d'autres personnes autour. Ils avaient tous des vêtements blancs... des scientifiques, en réalité. Mais étrangement, Nyhna n'y fit pas attention. Elle s'en fichait. Il y avait des êtres humains auprès d'elle, là était le plus important, non ? Seulement, sa joie fut de courte durée. Tandis que quelques-uns des hommes écrivaient sur des carnets ou faisait on ne sait quoi encore, le sourire de la demoiselle s'effaça et une question glissa de ses lèvres : « Et papa, où il est ? » Les individus de blancs s'échangèrent des regards. « Il est parti » fut la seule réponse qu'elle reçut. Bien que risqué, cette justification suffit à la jeune fille qui exprimait déjà de nouveau sa gaieté habituelle. Ne devrait-elle pas être triste, me demanderez-vous ? Et bien, non. Pas Nyhna. Dans sa tête, son père était parti, certes, mais il lui était évident que c'était dans le but d'aller chercher sa mère. Elle apprit que l'homme aux cheveux noirs se nommait Williams. Elle ne savait pourquoi, mais elle l'aimait bien. Elle avait d'ailleurs pris l'habitude de lui tirer les joues.
Les heures – ou les jours, qui sait ? - passaient et on lui fournit des explications. Pourquoi était-elle ici, ce qu'elle y faisait... Mais la demoiselle n'en écouta que la moitié et en comprit tout autant. Mais ce qui l'intriguait, c'était surtout ce qu'elle avait dans le bas du dos. Avait-elle cette queue, avant ? Elle n'en avait pas souvenir et en conclu que les hommes la lui avait donné. Elle apprit également qu'elle était maintenant capable de recycler par le biais de son propre torse. Elle ne savait pas réellement comment ça marchait, mais s'en contentait et même, s'en amusait. Elle prit d'ailleurs rapidement l'habitude de faire des piles de cubes – soit ce qui ressortaient de son thorax suite à un recyclage.

« Hé... Je m'ennuie. Jouons à autre chose. »
Mais ses capacités l'importaient peu. Elle faisait aveuglément confiance aux scientifiques et se sentait bien auprès d'eux. Mais rapidement, la lassitude de voir toujours les mêmes personnes se prit d'elle. Un jour – une nuit ? -, elle fugua. Purement et simplement. Elle se rendit vite compte que les scientifiques cherchaient à la retrouver ; et compris tout aussi brièvement que les autres humains appréciaient peu sa nature d'androïde. Loin d'être troublée pour autant, elle en fit son nouveau jeu : ne montrer que son côté humain. Si l'on vient à découvrir ce qu'elle est réellement, alors ce sera Game Over. Bien sûr, cela ne l'empêchera pas de recommencer. Après tout, ce qu'il y a de mieux avec un jeu, c'est que l'on peut rejouer, non ?


» Derrière l'écran «

» Comment tu t'appelles ? Vous pouvez m'appeler La Grande, ou Divinité. J'accepte aussi Maître.
» Tu es né quand ? On veux te souhaiter un Bon Annif' ! Puisque ça semble tant vous intéresser, le 14 septembre.
» Comment t'es arrivé(e) chez les nous ? En cliquant au hasard.
» T'en penses quoi, de notre forum ? Il est bleu. J'aime le bleu ~
» Ça fait longtemps que tu fais du RP ? Je dirais... trois ans ?

» Code: validé par BlackDream


© BlackDream



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlackDream
FONDA | Give me candies and nobody will get hurt.
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Nyhna Naolenn, simplement.   Ven 25 Mai - 10:14

    Comme je l'ai dit sur la Cb, Bienvenue sur le forum o/
    Le code est validé, tout comme ta fiche. Bon jeu parmi nous ~

    Et surtout, n'hésite pas à ennuyer Kiwi 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firstimpact.forumgratuit.be
 
Nyhna Naolenn, simplement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» Nath, tout simplement
» Luna B. Morgan ~ Marche à mes côtés et soit simplement mon ami
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]
» Tout simplement... L'ailier le plus rapide du monde :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
First Impact :: Administration :: ✖ Présentation :: × Présentations validées-
Sauter vers: