First Impact

• Welcome in a new world •
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Dim 3 Juin - 9:45

Quelle heure était-il ? Le soleil était haut dans le ciel. Le bras levé, sa main à contre-jour se redécoupait parmi les rayons chauds de l'astre lumineux et, comme voulant l'attraper, elle refermait plusieurs fois ses doigts dans le vide. Lassée d'être, quoi qu'elle fasse, ébloui – et de ne toute façon pas pouvoir saisir la boule de feu si hautement placée -, elle se redressa, s'asseyant sur le toit du bâtiment. De ses poings, elle alla frotter ses yeux qui peinaient tant à s'ouvrir. S'était-elle endormie ? Cette perspective ne lui parut pas inconcevable. Après tout, d'après sa mémoire, bien qu'encore assommée par le sommeil, elle se souvenait avoir subi une lourde fatigue suite à une longue course contre un papillon à travers une ville dont elle ignorait même le nom – ou, du moins, elle n'avait pas cherché à le retenir. L'insecte lui avait donné du fil à retordre, mais la jeune fille avait tout de même réussi à l'écraser joyeusement contre un poteau. C'est victorieuse qu'elle avait grimpé prendre une pause bien méritée sur le toit d'une maison.

Nyhna s'agenouilla au bord de son perchoir et regarda en bas. Des piles de cartons s'entassaient au coin d'une ruelle sali par le temps. Un sourire se dessina sur les lèvres de la demoiselle qui, dans un premier temps, agrippa le bord du toit de ses doigts. Faisant glisser ses jambes de façon à ce qu'elle soit au-dessus du vide, elle poussa sur ses bras, sautant dans un « Banzaaaï ! » plein d'entrain. Elle atterrit lourdement au milieu des boîtes qui amortirent tant bien que mal le choc. Elle se mit à rire, comme un enfant découvrant un nouveau jeu. Cependant, elle ne s'y attarda pas et, se relevant, tituba à l'extérieur de la petite rue. Le sol et les murs de cette dernière renvoyaient avec force les rayons du soleil, forçant la jeune fille à plisser les yeux. Les plus observateurs remarqueront que sa démarche paraissait quelque peu ralentie, sa jambe gauche ayant une tendance à traîner, comme si elle boitait. En réalité, sous le large pantalon – plus ou moins crasseux – qu'elle revêtait, elle dissimulait son étrange queue mécanique enroulée tant bien que mal autour de sa jambe. Bien qu'ingénieuse – enfin, il semble ? -, cette pratique alourdissait de façon conséquente son pas, l'agaçant par instants mais ne la gênant pas réellement – bien au contraire, un jeu devient plus amusant si l'on y ajoute quelques difficultés, non ? -

Nyhna vit que seules quelques personnes déambulaient en même temps qu'elle et pour cause : il devait être midi passé, la plupart dînaient dans les restaurants. Passant devant l'un d'eux, l'odeur de la nourriture vint faire grincer son estomac tordu par la faim. Se collant à la vitre derrière laquelle s'étendaient des dizaines de tables et tout autant de plats dessus, son ventre cria encore. La balade venait de se transformer en supplice. Car oui, la demoiselle, aussi vive qu'elle pouvait être, n'avait en aucun cas songé à prendre de l'argent en partant du laboratoire. Ainsi, elle se condamnait à fouiller les poubelles de la ville et ronger ce qui pouvait calmer sa faim. Mais pour cela, elle devait attendre que « l'heure du manger » - comme elle aimait tant l'appeler – soit passée pour inspecter les déchets des restaurants et ainsi déceler les gâchis d'aliments.
Mais pour le moment, elle devait s'en éloigner, sinon quoi les serveurs et autres cuisiniers viendraient à la soupçonner et veilleraient à ce qu'elle ne vienne pas à partir avec leur si précieuse nourriture.

Cette idée ne lui plaisait pas, pourtant la jeune fille devait s'y plier. Gonflant ses joues de mécontentement, elle tourna les talons et empruntant une route au hasard. Son estomac hurla de nouveau, mais elle s'efforçait de ne pas l'écouter, accélérant la cadence. Le ventre insistant, elle adopta une démarche déterminée – aux airs étrangement militaires -, comme voulant faire comprendre à elle-même que l'heure n'était pas au repas.
À cet instant, elle s'arrêta, brusquement. Une odeur familière venait d'envahir ses sens et elle tourna la tête vers sa provenance, à sa droite. Une immense étendue bleue scintillante bordée d'un large espace doré. Une évidence lui percuta l'esprit : n'y a-t-il pas de quoi apaiser son appétit dans la mer, tels des poissons et des crustacés ? Sans plus y réfléchir, elle dévala les escaliers de la zone portuaire, manquant à plusieurs reprises de tomber à cause de sa jambe, et stoppa sa course à la dernière marche. Prenant le temps de retirer ses bottes et retrousser son pantalon, elle posa ensuite ses pieds nus sur le sable chaud. L'agréable sensation des grains quartzeux passant entre ses orteils la fit frissonner d'un certain plaisir. Une brise marine s'engouffra dans sa capuche, la soulevant, découvrant sa tête et ses cheveux blancs. Mais elle n'y fit pas attention et trottina tant bien que mal jusqu'à l'eau. Bien qu'il ait peu de gens sur la plage, ceux-ci la dérangeaient quand même. La moindre personne l'empêchait de découvrir pleinement son côté robotisé. Longeant la surface aquatique, elle se mit en quête d'un coin tranquille, si possible à l'abri des regards.

Comme si l'on avait lu dans ses pensées, son souhait apparu sous ses yeux. Un morceau de falaise creuse, tournée vers l'océan, aux airs de cocon rocheux.
Un sourire grandement satisfait aux lèvres, la jeune fille alla déposer ses bottes et ses gants au fond de la cavité puis, relevant un peu plus son pantalon, s'accroupit au bord de l'océan. Avant même de toucher le liquide bleuté, les paroles d'un scientifique lui revinrent à l'esprit : « Ne t'immerges jamais entièrement ou brusquement dans l'eau, disait-il. Tu es une recycleuse, tu n'es pas faite pour ce genre de milieu. » Nyhna prit un air boudeur. Dans un mouvement inspirant la rébellion, elle plongea malgré tout ses mains dans l'immense source et se mit en quête d'une quelconque bestiole. Sans qu'elle ne s'en rende compte, absorbée par sa tâche, dans le bas de son dos sa queue commençait à ressortir de son vêtement, tout comme au niveau de son genou gauche. Mais de toute façon, il n'y avait personne par ici, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Williams Blake
STIGMATISEUR | Créateur de Stigmas
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 21
Localisation : La où il y a du café ! *-*

Carte d'Identité
Âge: 29ans!
Vie&Relations:
Couleur : Black

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Sam 9 Juin - 1:00

Un mètre, deux mètre, trois mètre. C'était la distance qui séparait Williams de la surface bleuté, écran au contour mouvant au rythme des vaguelette. Williams venait de finir sa journée et de rendre son rapport par rapport au dernier Stygma qu'il avait robotisé, un rapport truffé de mensonge et d'approximation, pour lequel Williams risquait gros si il venait à être vérifié, la direction ne tolérerait pas que l'un des scientifique les plus brillant se permettent de leur mentir... Il frisonna en songeant à la nouvelle loi qui venait de passer concernant les incartades au règlement du laboratoire : tout les actes graves ou méttant au péril la sécurité ou le secret du laboratoire serait chatier par la stigmatisation... Et etre stigmatisé était un sort aussi dangereux que la mort, puisque les Stigmas passait pour ses gens à un statue d'animal...

Trois, deux, un, le vehicule submersible blanc et translucide s0ortit de l'eau pour venir échoué sur le coin de plage deserte, une crique reculer et entourée par les falaises, plage interdite aux civils et autres géneur pour que les scientifiques puissent circuler en toute tranquillité. La raison évoqué ? Les risques d'éboulement de la falaise et de d'érotion.

Le chercher en robotique sortit de l'oeuf translucide sur rail et celui ci repartit vers le fond de l'océan, devenant rapidement invisible pour les personnes présente sur la plage, c'est à dire des mouettes volante dans le ciel d'azur, des crabes courant le long de la plage silencieuse, et.... Une enfant qui se tenait près d'un profond trop d'eau. Williams se frotta les yeux, certains d'avoir des visions, mais non, il y avait bien une gamine aux cheveux blancs qui se tenait sur le rebord d'une flaque que Wiiams savait profonde. Toute envie de rentrer chez lui le quitta et il se mit à agiter les bras pour attirer son attentin et la rejoindre, ou qu'elle le rejoigne. Il l'emmenerait ensuite près de la plage, du coté ou elle devait retourné, le coté autorisé.

Le temps de tourner la tête pour vérifier qu'aucun collègue ne venait, car les scientifiques était très expéditif concernant les personnes non-autorisé à venir (et oui, la majorité des cobayes provenaient de gens ayant commis ou étant accusé de crimes graves, qu'est ce que vous croyez !) et la jeune fille avait disparu. Comme ça, d'un coup. En une seconde. Seul les mouvements de l'eau témoignait de son plongeon dans le trou d'eau.

Williams cru que la gamine était tombé, et n'imaginait même pas qu'elle avait plongé de son plein gré dans l'eau trouble et peu rassurante de la flaque. Il se précipita sur la falaise et escalada avec la vitesse d'un habitudé les divers blocs rocheux, habitude qu'il avait prise lors de sa jeunesse, lorsqu'il était passionée par la randonné et l'alpinisme. Une poussé sur sa jambe, une prise, un morceaux de bloc que l'on pouvait saisir ou predre apuis dessus ou une faille dans laquelle on pouvait glisser les doigts, tout servait au scientifique pour se propulsé à une vitesse de professionnel au sommet du bloc ou se trouvait la faille relié à la mer.

Il arriva donc en quelque seconde et en sueur a l'endroit ou la jeune fille avait "disparu" et la vie dans l'eau trouble. L'eau renvoyait une image assez trouble d'elle et il était impossible pour Williams de savoir si la jeune fille coulait ou non. Il jeta sa sacoche comportant son précieux cahier noir au bord du trou, se mit torse nu pour ne pas avoir de vêtement génant ses gestes lorsqu'il nagerait, et plongea à son tour. La froideur de l'eau le surpris et un long frisson le parcourue, tandis qu'il se mit à nager vers la tache blanche que ses yeux aveuglé par l'eau salé lui renvoyait....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Sam 9 Juin - 23:51

[HRP] Attention, c'est super-court, mais je ferai mieux la prochaine fois ~ ♪ [/HRP]



Lentement mais sûrement, Nyhna se rendait compte que l'idée de plonger n'était peut-être pas la meilleure qu'elle ait pu avoir. Dès son immersion, elle sentit que quelque chose n'allait pas. Déjà, durant toute sa courte vie, elle ne s'était confrontée à cet élément que rarement, entraînant une méthode de natation laissant à désirer. De plus, les paupières grandement écartées, elle ne comprenait pas pourquoi elle ne voyait absolument rien, si ce n'est de vagues silhouettes floues ; et le sel lui piquait les yeux de manière de plus en plus insupportable. L'envie de remonter à la surface s'imposant peu à peu, elle tenta de faire demi-tour, en vain. Sa queue mécanique l'alourdissait considérablement, la freinant dans une possible remontée. Ne s'affolant pas pour autant – après tout, ce jeu paraît drôle ! -, ses mains tendues effleurèrent un « mur » du trou et elle agrippa une roche y dépassant. Elle leva tant bien que mal la tête vers ce qu'elle pensait être le haut. Était-elle à une certaine profondeur ? Les rayons lumineux perçant la surface ne lui semblaient pas si lointains.

Ainsi, bien que ses mouvements étant ralenti par l'eau, la demoiselle tira un peu sur son bras de façon un gagner quelques centimètres, lui permettant de poser le pied sur la pierre qu'elle tenait. Poussant ensuite sur sa jambe, elle cherchait de sa main une autre prise quand elle eut l'impression que sa tête tournait. Un souvenir lui revint alors, subitement, sans prévenir. Plus précisément, ce sont les paroles d'un scientifique qu'elle avait distraitement écouté pendant qu'il lui donnait une sorte de cours. « Vois-tu, dans l'air, on trouve de l'oxygène, que l'on respire. Sans oxygène, ni toi ni moi ne peux survivre, tu comprends ? » Y avait-il de l'« oxygène » dans les parages ? Instinctivement, il lui semblait que non. Elle était tentée d'essayer de respirer quand même, mais son esprit paraissait se vider petit à petit, ne pouvant même plus réfléchir. Apperemment, le manque d'air ajouté à sa faim n'était pas un bon mélange. Elle le saurait à présent, du moins si elle sort d'ici.

Toutefois, la jeune fille perçut un agitement dans l'eau. Un son, bien qu'étouffé par le liquide, une onde, comme quelque chose y entrant. Elle bascula mollement sa tête en arrière, regardant vers la surface. Ses yeux, brûlés par le sel, ne voyaient plus grand-chose, pourtant elle distingua une silhouette sombre se redécoupant dans la lumière. Machinalement, elle tendit le bras vers l'ombre, sans vraiment savoir pourquoi. L'espoir d'obtenir une aide, peut-être ? Elle sentait ses forces la quitter, lentement. Le jeu prenait une tournure qu'elle n'avait pas prévue et qu'elle n'aimait pas vraiment. En réalité, mourir était une perspective qu'elle n'avait jamais envisagée, quelle que soit la situation. Serait-ce un Game Over ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Williams Blake
STIGMATISEUR | Créateur de Stigmas
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 21
Localisation : La où il y a du café ! *-*

Carte d'Identité
Âge: 29ans!
Vie&Relations:
Couleur : Black

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Dim 10 Juin - 2:54

Williams vit la forme floue chuter vers le fond, à une vitesse anormal pour un humain. On aurait dit que la tache blanche était alourdi par quelque chose. Le scientifique accélera la vitesse de sa nage, et lui était bon nageur, enfin, pas excellent non plus, mais bon, dans ce genre de cas, seul comptait la façon de sauver l'imprudente, et non pas la maitrise de la nage de son sauver, non ?

La forme s'arréta soudain de couler, un bras pale que le scientifique voyait trouve venait de s'accrocher à une chose dépassant de la roche, bloquant la descente et permettant à Williams d'être certain qu'à cette profondeur, il aurait le temps de remonter à la surface. L'air dans ses poumons commençait à se rarifier, et lui brulait de plus en plus l'intérieur de sa cage toracite, pourtant, il ne relachait pas ses efforts pour attraper la gamine, qu'il voyait maintenant plus nettement... Elle tournait la tête dans toute les directions, et, vu les bulles qui remontait, était probablement en manque d'oxygène, situatuon du à la panique, sans doute...

Elle arreta de tourner sa tête en le voyant, et tendis un bras toujours aussi pâle vers Williams, en un geste implorant de la sauver... Seq yeux semblait se fermer doucement tandis qu'elle s'évanouissait lentement... Le chercheur accentue l'effort pour attraper la main de la gamine...

Leur doigts se frolèrent lorsqu'elle perdit conscience, et ses doigts relachèrent la pierre qui assurait sa survie. Williams en ouvrit la bouche de surprise et plusieurs bulles de précieux oxygènes s'échapèrent par l'ouverture. Il se maudit en silence en augmentant à nouveau la vitesse des brasses et attrapa enfin la main de la gamine. S'en suivit alors une lente et penible remontée ou le chercheur tirait la Stigma qu'il n'avait pas reconnu, étonné par sa lourdeur....

La cage thoracique du scientifique etait devenu une boule de feu sous l'effet des gaz nocifs qui avait été produit par ses muscle lors de l'effort, qu'il ne pouvait pas expirer, étant encore dans l'eau, ses muscles était douloureux et des étoiles dansait devant ses yeux lorsque l'homme creva le plafond bleuté qui le separait de la précieuse atmosphère. Williams avala goulument l'oxygène tant espérer et se mit a nager lentement vers la rive, maintenant la jeune femme qui était inconsciente au dessus de l'eau, et la tira malgré ses muscles qui demandait grace. Quand il toucha enfin la rive, il se hissa sans savoir comment sur le sol rocheux de la falaise, en tirant la gamine, et se laissa tomber le ventre contre la pierre, fermant les yeux pour récupérer pendant quelque seconde... Et il s'endormit sur le rocher dejà réchauffer par le soleil du matin, au coté de Nyhna qu'il n'avait reconnu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Dim 17 Juin - 1:34

Ce fut juste, mais Nyhna n'avait pas perdu conscience. Seulement, elle ne sentait pas tous ses muscles mais, malgré tout, perçu la chaleur de la roche contre son dos et les rayons du soleil commençant à sécher sa peau. C'était doux, agréable, apaisant, mais... ah, qu'est-ce c'est ? Gonflant les joues, elle s'empressa de basculer sur le côté, se retournant sur le ventre, s'appuyant sur un coude. Elle se mit à tousser violemment, crachant quantité d'eau. Ses poumons étaient en feu, son estomac retourné et, ouvrant les yeux, elle eut l'impression que le monde tournait autour d'elle. Quand il eût cessé son manège, la demoiselle resta immobile durant un moment, se rendant peu à peu compte de la situation. N'était-elle pas, à l'instant, en train de sombrer ? Levant la tête, bien que quelque peu aveuglée par la lumière du jour – et le sel de la mer -, elle identifia les environs : de la pierre tout autour, qu'importe la direction où elle regarde et même, dans un coin, ses vêtements posés plus tôt. Un sourire éclaira alors son visage encore humide. Ainsi, le Game Over avait été évité, n'était-ce pas magnifique ? Un frisson de plaisir agita ses épaules et, dans un bond maladroit, se releva tant bien que mal. Toutefois, une fois sur ses pieds, elle fut surprise de manquer de basculer en arrière. Elle se tordit le cou et les hanches, jetant un œil à sa queue aux airs osseux.

De ses quelques mètres, elle était entièrement déployée, mais traînait négligemment sur le sol, trempée. Bienheureusement pour la jeune fille, le métal constituant ce membre était conçu pour ne pas rouiller, bien que n'étant pas fait pour supporter indéfiniment une grande quantité d'eau. Elle la fit bouger un peu, la relevant, l'agitant, la pliant et dépliant, jetant nombre de gouttelettes. Elle alla même jusqu'à l'abattre avec force sur le sol rocheux derrière elle, créant un sillon, envoyant des éclats, sans pour autant abîmer sa précieuse queue. Vous vous demandez peut-être, pourquoi poser ce cinquième membre d'acier, cette chose inhumainement métallique à cette petite ? Tout simplement car il servait dans son rôle de « recycleuse ». En effet, pouvoir transformer n'importe quoi en un cube noirâtre ne servait à rien si l'objet ne peut rentrer dans la cavité s'ouvrant à loisir sur son torse. Ainsi, elle avait été doté d'une arme suffisamment puissante pouvant recouper ce qu'elle désirait recycler si celui-ci se trouvait être trop gros. Ce que Nyhna ignorait, c'était que cette queue avait également servi pour tester ce que pouvait supporter une jeune fille de son âge. De ce fait, elle ne reçu que deux implants différents, contrairement à d'autres Stigmas qui en possédaient un peu plus.

Une certaine satisfaction concernant son état commençait à la faire sourire quand quelque chose accrocha son regard : ses jambes. Fines, délicates, légèrement bronzées, mouillées... Ah, mais, n'avait-elle pas un pantalon ? Ce détail lui fit arquer un sourcil d'interrogation. En réalité, le vêtement, déjà large pour elle, avait été perdu durant son aventure aquatique et naviguait maintenant dans l'eau, à une profondeur indéterminée. Elle haussa les épaules : de toute façon, elle avait toujours son court short noir qui lui tenait bien en place ; et trouver un pantalon dans une poubelle ou le voler à un plagiste ne serait pas difficile.
De façon brutale et inatendue, une question lui percuta l'esprit. Comment était-elle remontée ? Cela pouvait sembler étrange qu'elle n'y ait pas pensé plus tôt, mais l'esprit de Nyhna reste pour la plupart un mystère. Quoi qu'il en soit, elle se mit à fouiller dans ses souvenirs. Dans l'eau, n'avait-elle pas senti être happée par la surface ? Non, pas exactement. Quelque chose l'avait traîné jusqu'en haut. Mais quoi ? Eh bien, aussi étrange que cela puisse paraître, ce n'est qu'à ce moment, sans vraiment savoir pourquoi, qu'elle posa les yeux sur cet être allongé sur le sol.

À première vue, c'était un homme. Du moins, de dos, il y ressemblait. Trempé et torse nu, cela ne faisait aucun doute qu'il avait plongé aussi. Mais, pourquoi ne bougeait-il pas ? Était-il mort ? La curiosité la poussa à s'accroupir près de sa tête. Du bout du doigt, elle écarta des mèches de cheveux de devant son visage et, à cet instant, ses yeux s'écartèrent sous la surprise et un sourire s'imprima sur ses lèvres. Elle le connaissait, elle en était persuadée. Oui, bien sûr, elle ne pouvait pas l'oublier, surtout pas lui. Elle se souvenait qu'au laboratoire – enfin, il lui semblait que c'était le nom donné à ce lieu, peut-être faisait-elle erreur ? -, parmi tous ces gens vêtus de blanc, sans qu'elle ne sache réellement pourquoi, celui-ci était son préféré. Elle avait prit plaisir à lui tirer les joues et à le taquiner parfois, passant dès qu'elle le pouvait du temps avec lui. Elle lui faisait particulièrement confiance, contrairement aux bons nombres de Stigmas qui, eux, devaient le haïr ; mais ça, Nyhna n'en avait pas conscience. Pour elle, on ne pouvait pas détester cet homme.

Penchant la tête, elle le regarda de plus près. Il paraissait respirer, était-il donc bel et bien en vie ? Alors, quoi, dormait-il ? Voulant en avoir le cœur net, la jeune fille enfonça son doigt dans la joue de l'inanimé, comme un appel au réveil. N'obtenant pas de réaction, elle continua, le tapant plus ou moins doucement parfois, lui pinçant une oreille ou une épaule, l'appelant par des « Hé, vieux monsieur ! » enthousiastes. Peut-être était-il mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Williams Blake
STIGMATISEUR | Créateur de Stigmas
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 21
Localisation : La où il y a du café ! *-*

Carte d'Identité
Âge: 29ans!
Vie&Relations:
Couleur : Black

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Dim 17 Juin - 5:32

Williams révait. Dans son rêve, il était au laboratoire, dans la salle principale, celle toute blanche ou des dizaines de ses collègues marchait dans la pièce de différents pas : allègre, joyeux, préssé, trainant... Il y en avait pour tout les gouts. Il marchait vers la salle ou les personnes inconsciente se reveillait, pour voir la dernière patiente qui avit subit son traitement de Stigma... Son pas résonnait, lourd et régulier, tel celui des condamnés à mort qui se rendait sur la potence... Il avançait dans ce couloir blanc, le coeur au bord des lèvres à l'idée de voir ce qu' il avait fait et comment il avait ruinée la vie de sa ou son patient/patiente. Il arriva devant le sas sécurisé, et entra sur le pavé numérique le code d'accès à seize chiffre qui lui permettait d'acceder aux divers sections du complexes ultra sophistiqué. Après tout, il avait les droits maximun et pouvait aller partout avec ce code... Un voyant lumineux vert pale s'enclencha et un "biiiip" résonna, comfirmant le long code d'accès à la zone. La porte se souleva et révéla la pièce blanche ou se trouvait...

Le jeune homme se reveilla et ouvrit les yeux en sursaut, la voix de la gamine l'ayant réveillé en sursaut, ainsi que les divers pincement et autre doigt qu'elle avait enfoncer dans sa joue. Il se releva et se frotta les yeux pour bien verifier qu'il ne révait pas, mais nan, c'était bien la gamine du laboratoire qui se tenait devant lui... Il chercha instinctivement son cahier du regard, certain que le nom de la jeune fille était dedans. Il vit la sacoche, accrocher à un rocher, et se leva, en tendant la main à la gamine.


Tu viens...? On va chercher mes affaires...

Et ils allèrent à la sacoche, lentement mais surement, le soleil chauffant la peau plus ou moins dénudé du chercher, le réchauffant après ce bain dans l'eau glacé. Des questions défilait dans la tête de Williams, à savoir pourquoi la petite était revenu après sa fuite du laboratoire, pourquoi elle avait plongé et pourquoi s'était lui qui l'avais trouvé... Tant de questions sans réponse qui tournait dans la tête du chercheur... Il s'assit à coté du rochers, décrocha et ouvrit la sacoche pour saisir le cahier.... Il chercha le nom de la gamine sous ses yeux, lisant à toute vitesse sa propre écriture pour essayer de retrouver le nom...

Hum... Nyhna... Naolem, c'est bien ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Sam 23 Juin - 3:14

Nyhna était, en ce moment même, heureuse. La joie étirait ses lèvres dans un large sourire et sa queue ondulait de plaisir. L'homme avait ouvert les yeux, preuve qu'il vivait encore – logique, vous me direz. Quand elle le vit se redresser, elle ne put s'empêcher de lever les bras dans un cri de bonheur, accompagné d'un « Vivant ! » plein d'entrain. Ce geste, alors qu'elle était accroupie, la fit basculer en arrière, retombant sur le bas du dos ; mais de toute manière, elle s'en fichait bien. Toutefois, l'adulte aux cheveux noirs semblait soucieux. N'était-il pas content de la voir ? Cherchait-il quelque chose ? Il venait de se relever et, s'adressant à elle, glissa d'un ton neutre :

« Tu viens... ? On va chercher mes affaires... »

Sans aucune hésitation, elle saisit la main qu'il lui tendait, lui permettant de se remettre sur ses pieds nus. Elle le suivit sans le lâcher, comme une enfant et son grand frère, ou même son père. Elle gardait sa petite frimousse relevée, ne cessant de le dévisager du regard, de ses deux grandes pierres d'ambres. Sans qu'elle ne s'en rende réellement compte, il lui avait manqué. Bien sûr, elle ne retournerait pas au laboratoire pour autant. Mais elle se souvenait bien de la période où elle s'y trouvait, des jours où elle lui tirait les joues, lui piquait innocemment ses affaires, le taquinait sur telle ou telle chose... Son rictus grandit à cette pensée, s'étant bien amusée à ces moments-là. N'était-ce pas là l'occasion de recommencer ?
Elle lui lâcha la main afin qu'il puisse prendre ses affaires. Sur le moment, elle ne comprenait pas ce qu'il faisait. Elle le vit s'asseoir et sortir son carnet, chose qu'elle l'avait vu faire des centaines de fois. Mais pourquoi spécialement maintenant ? Les pages défilèrent et, au bout d'un instant, il en vint à la conclusion suivante :


« Hum... Nyhna... Naolem, c'est bien ça ? »

Elle ne réagit pas de suite, le temps de digérer ce qu'elle venait d'entendre. De l'extérieur, elle le fixait, tout sourire, sans le moindre mot. Elle réfléchissait. Quoi, l'avait-il oublié ? Comment se faisait-il ? Pourquoi avait-il fait une erreur dans son nom ? Pourquoi avait-elle été effacée de sa mémoire ? Dans ce cas, l'avait-il sauvé de la noyade seulement par réflexe, par instinct, sans l'avoir reconnu ? Alors pourquoi se rappelait-elle parfaitement de lui ?
Il ne se souvenait plus d'elle. Elle se mit à rire, purement et simplement. À l'intérieur d'elle-même, son esprit avait écrasé cette vérité commençant à être douloureuse, comme il le faisait avec toute réalité difficile, pour la remplacer par quelque chose de plus plaisant pour la demoiselle. Elle se jeta au cou de l'homme dans une joyeuse étreinte.


« Williii' ! Comme je suis contente de te voir ! commença-t-elle, sa queue s'agitant un peu plus. Assise sur les jambes du plus adulte des deux, elle s'écarta un peu, gardant ses mains sur ses épaules, comme pour mieux le voir. Ça fait longteeemps ! Ooh, tu es toujours aussi grand et aussi... maigrichon, constata-t-elle avec malice, effleurant son torse du bout de l'index. Il va falloir que tu penses à prendre des muscles avec l'âge, tu paraîtrais moins vieux ! lança-t-elle tout naturellement, sourire aux lèvres. Elle s'était toujours adressée à lui ainsi. Ce n'était pas de la méchanceté, seulement un jeu pour elle, s'amusant de ses réactions. Lui pinçant les joues, elle reprit : Et c'est pas la peine de faire semblant de m'avoir oublié, tu sais ? Même moi je t'ai reconnu, Willi' ! »

Bien sûr, elle se mentait. C'était une sorte de système de défense que la jeune fille utilisait dès qu'elle en sentait l'utilité.
Comme par un mouvement de vengeance dont elle n'avait pas conscience, elle enroula sa queue froidement mécanique autour d'un poignet de l'homme – plus précisément celui tenant le carnet -, attrapant d'une main le précieux livret. Bondissant sur ses pieds et tirant la gentiment la langue à son propriétaire, elle recula de quelques pas, feuilletant le petit recueil de nom et d'on-ne-sait-quoi encore, sans même vraiment faire attention à ce qu'il y avait d'écrit. Haa, les bonnes habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Williams Blake
STIGMATISEUR | Créateur de Stigmas
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 21
Localisation : La où il y a du café ! *-*

Carte d'Identité
Âge: 29ans!
Vie&Relations:
Couleur : Black

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Lun 25 Juin - 2:26

La gamine, que Williams venait de reconnaître, venait de piquer le cahier du chercheur, pour le taquiner, et elle commençait à lire les textes qu'il avait annoter un peu partout. Le scientifique sourit à la provocation et se jeta sur la gamine, pour récupérer le cahier. Il se mit également à la chatouiller pour la faire mourir de rire. au terme de cette séance de chatouille qui dura un peu plus de 5minutes, le scientifique s'assis, Nyhna sur les genoux. Il fixa quelque seconde la mer avant de réengager la cnversation avec la gamine:

Nyhna, Nyhna, Nyhna... Combien de fois t'ai-je dit de ne pas essayer d'aller sous l'eau ? C'est dangereux pour toi, tu risque de couler comme tu l'as fait tout à l'heure... et de mourir...

Ce sermon était fait d'une manière amicale, comme on conseillerait à un ami de longue dates une marque de nouilles ou bien un sachet de frites spécifique : Williams appréciait trop Nyhna pour la gronder sévèrement. Il la regarda, ses mèches blanches encore humides du plongeon de tout à l'heure, et sa queue de métal totalement trempée. Williams se demanda un instant si elle n’avait pas besoin d'une maintenance, mais, il s’arrêta : cela signifia la ramener au laboratoire pour la réparer, et ça, il n'en était pas question : la jeune fille était maintenant libre, et Williams ne la ramènerait pour rien au monde dans cet endroit sinistre nommée laboratoire. Il soupira légèrement et reprit:

Nyhna, est-ce que tout va bien depuis ton départ du laboratoire ? tu arrive à vivre en dehors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhna Naolenn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2012
Age : 20
Localisation : Devine ?

Carte d'Identité
Âge: 13 petites années.
Vie&Relations:
Couleur : « Haha ! »

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Dim 22 Juil - 5:18

Inévitablement, une longue et allègre série de rires secoua les petits membres de la jeune fille aux soudaines chatouilles du scientifique. De fines larmes de joie humidifièrent un peu plus ses yeux et ses joues, tandis qu'elle tentait faussement de résister à cet assaut par une faible – et de toute manière vaine – saisie des poignets de l'homme, lâchant le carnet. Au bout de quelques plaisantes minutes, l'attaque prit fin et Nyhna, se tenant le ventre, put enfin reprendre son souffle, un large sourire dominant sur ses minces lèvres. Voyant qu'il s'asseyait, elle alla tout naturellement s'installer sur les jambes de l'adulte, avalant de dernières grandes bouffées d'air. Derrière elle, sa queue mécanique ondulait à quelques centimètres du sol, tel un animal – de moitié fait de métal, certes – exprimant sa bonne humeur. Ses prunelles enveloppées d'ambres vibraient à l'observation minutieuse du visage du scientifique, tourné distraitement vers la mer, immense étendue aux scintillants reflets bleutés. Le bonheur qu'éprouvait la demoiselle à avoir revu cet homme n'était pas descriptible, comme une enfant ayant retrouvé un grand frère perdu depuis longtemps – ou déterrant par hasard son jouet préféré. Elle commençait à s'amuser avec les mèches noires retombant sur son front quand il prit la parole :

« Nyhna, Nyhna, Nyhna... Combien de fois t'ai-je dit de ne pas essayer d'aller sous l'eau ? C'est dangereux pour toi, tu risques de couler comme tu l'as fait tout à l'heure... et de mourir... »

La jeune fille gonflait ses joues d'un air boudeur. Même justifiés et amicaux, elle n'aimait pas les sermons. De toute manière, qui pouvait bien apprécier d'être soi-disant corrigé, selon elle, à tort et à travers ? Avant qu'elle ne puisse rétorquer quoique ce soit, le plus grand des deux repris :

« Nyhna, est-ce que tout va bien depuis ton départ du laboratoire ? Tu arrives à vivre en dehors ? »

L'espace d'un instant, elle prit le temps de réfléchir à la question, se balançant légèrement de droite à gauche. Ses yeux s'étaient baissés vers ses orteils – allez donc savoir pourquoi – qu'elle s'amusait à entrecroiser à s'en tordre les os. Toutefois, un rictus avait reprit place sur son visage encore humide.

« Oui ouiii. Il fait un peu froid la nuit des fois. Mais les restaurants laissent toujours des trucs à manger ! lança-t-elle en levant sa frimousse vers le scientifique, un sourire large et enjoué étirant ses traits, bref éclat qui ne tarda pas à disparaître. Mais là j'ai pas encore mangé. En fait il faut que j'attende que les gens aient fini de manger pour manger, tu vois ? Sinon les monsieurs me chassent et ils me surveillent et j'ai plus le droit d'approcher, racontait-elle à sa façon, c'est-à-dire d'un air rappelant un petit enfant, se pliant étrangement les doigts. C'est pour ça que j'ai voulu aller chercher à manger dans l'eau. Parce que dans l'eau y a des poissons. Et même si ça a un goût bizarre, bah... »

Elle laissa un court silence s'installer. Son regard venait de se perdre au milieu des flots calmes du trou dans lequel elle avait plongé peu avant. Au bout de quelques secondes de réflexion elle fronça les sourcils et, brutalement, jeta ses paumes de mains contre les épaules de l'homme, le forçant à basculer en arrière. À priori décidée, elle reprit :

« Trouve-moi à manger Yamyam ! J'ai faiiim ! » cria-t-elle en le frappant sur le torse de ses petits poings. Elle continuait ainsi en répétant sans cesse le mot « faim », assénant de faibles coups sur le buste de ses doigts presque osseux – ceci étant naturel, nullement causé par le manque de plus en plus fréquent de repas consistants. Derrière elle sa longue queue cognait frénétiquement le sol dans les grands sons du métal rencontrant la roche, le tout créant un certain vacarme typique de la demoiselle quand elle voulait quelque chose. En cas de refus – ce qu'elle doutait fortement, mais sait-on jamais – elle était loin de céder, et encore moins de le laisser partir de toute façon. Après tout, pourquoi regarder s'échapper son jouet sans rien dire alors qu'on vient tout juste de le retrouver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Williams Blake
STIGMATISEUR | Créateur de Stigmas
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 21
Localisation : La où il y a du café ! *-*

Carte d'Identité
Âge: 29ans!
Vie&Relations:
Couleur : Black

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   Sam 28 Juil - 7:20

Williams aprit donc par le court - et sans doutes incomplet - récit de la gamine comment elle se dêbrouillait pour survivre dans le monde moderne alors qu'elle était une des androïde en fuite qu'il avait créé illégalement. Elle vivait de ce que les autres laissait, des restes et des déchets des autres, et, quelque part, Williams eut honte de cela. Elle parla ensuite de la raison pour laquelle elle avait plongée dans l'eau, au risque de mourir. Les petites point de la fille frapait maintenant la poitrine du chercheur tandis qu'elle scandait son désirs de nourriture a voix haute. Il refléchit a toute allure et déclara à la gamine, après avoir peser quelques secondes le pour et le contre.

N-nyhna... Écoute, si tu veux, je peux te loger et te donner a manger... Il faut que tu me suive en cachant ta queue... Être discrète, tu vois ? Sinon mes collègues te ramèneront au laboratoire...

~Ou bien t'enverront au centre de traitement des Stigmas... Et moi avec...~

Bien sur, il n'évoqua pas à voix haute sa dernière remarque, qui représentait sa peur la plus ancienne depuis qu'il avait débuté ses plans. Être stigmatisé sans avoir pu finir ce qu'il avait en tête, être dépouillé de ses droits avant que tout les éléments de la future révolte ne soit mis en place. Ce n'était pas le fait d'être mécanisé qui le dérangeait tant que ça... Après tout, il avait déjà rencontré des Stigmas qui réussisait à vivre avec ce poids... Mais il n'avait pas encore fini de réalisé ses plans... Et pour cela, il fallait pouvoir opérer en temps que scientifique...

Alors, Nyhna, ça te dirait ?

Il frotta afectueusement la tête de la gamine, et la prit dans ses bras, pour se relever et la posé au sol. La queue mécanique qui était gréfé à la mome rendait son poid bien plus lourds, et il se demanda quelques secondes si elle ne génait pas la filette. Il attendit une réponse a la questions qu'il venait de poser en frotant les cheuveux de sa protégée et en fixant ses yeux d'ambre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un, deux, trois, soleil ~ [PV Williams]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]
» Un, deux, trois. Mickey, Donald et moi ♫
» Un deux trois quatre cinq six sept... Québec !
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
» Un deux trois, trois p'tits chats...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
First Impact :: BlueShell × Cité marine :: La mer-
Sauter vers: