First Impact

• Welcome in a new world •
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lou Okitatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Okitatsu
BIOCHIMISTE | Partenaire de Lenny
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 20/06/2012
Age : 20

Carte d'Identité
Âge: 16 ans
Vie&Relations:
Couleur : MediumVioletRed

MessageSujet: Lou Okitatsu   Mer 20 Juin - 4:33



» Moi ? Je suis... «


» Feat: Rin Kagamine des Vocaloids
» Nom: Okitatsu
» Prénom(s): Lou
» Surnoms: L'intello, P'tite sœur, etc...
» Âge: 16 ans
» Groupe: Androïde Gouvernementale

» Métier: Chercheuse en biochimie

» Si androïde, Capacités:
  • Son casque est comme un chargeur. Quand elle l’a sur les oreilles, elle se sent immédiatement mieux et sa remplace le fait de manger et de dormir.
  • Ses yeux brillent dans le noir et servent de lampe-torche.
  • Mais ils ne font pas que ca : ce sont aussi des jumelles intégrées. Elle peut zoomer jusqu’à la puissance d’un microscope optique et dé-zoomer à volonté.



» Description Physique «

Vous avez devant vous… un minimoys. Ou un lutin, au choix. Avec son un mètre trente, on ne peut pas dire qu’elle fait son âge, et c’est loin d’être le cas autant physiquement que mentalement. Lou est comme son prénom : adorable. Dés qu’elle ouvre la bouche ou qu’elle fait un geste, c’est comme si elle avait la grâce et l’innocence d’une toute jeune enfant, tout le monde ne peut s’empêcher de sourire et de la regarder. Enfin, elle aimerait bien se persuader du contraire, et pourtant, c’est bien souvent le cas, surtout lorsqu’elle est seule androïde au milieu des humains. Fine et svelte, elle entraine sa souplesse et ainsi pourrait passer à travers de minuscules fentes, un peu comme une contorsionniste. On lui dit souvent qu’elle est trop mince, presque maigre, et surtout qu’elle devrait manger de la soupe pour grandir, mais pour elle, c’est la taille parfaite. On a plus de chances de passer inaperçue en n’étant pas trop grande. Pas très musclée, elle n’en a non plus pas la force, préférant de loin l’agilité à la force brute, et la ruse au rentre-dedans. Mais pour ce dernier point, nous y reviendrons plus tard.

Lou s’habille de tenues légères mais qui se fondent dans la masse, des tee-shirts ni trop provocants ni trop osés : il le faut bien, pour l’endroit où elle travaille. Ses gants et ses bottes hautes, ainsi que ses hauts souvent customisés sont les seuls distinctions qu’elle peut mettre. Ah si, quand même une autre : son casque. Jamais vous ne la verrez sans. Bien que vous la verrez tout aussi rarement avec celui-ci sur les oreilles. Elle ne s’en sert que lorsqu’elle est seule, ou en tout cas quand elle ait en confiance, car cela la rend vulnérable au plus haut point. Passons maintenant au haut de son corps. Comme dit précédemment, elle ne fait pas son âge. Son visage est plus qu’enfantin, avec les rondeurs de l’enfance et sans les boutons de l’adolescence. Elle n’est jamais passée par là, et elle ne pense plus qu’elle va y passer – YES ! Avec ses immenses yeux bleus et son sourire innocent, qui pourrait croire que derrière cette façade se cache bien plus qu’une fille « humaine » ?

» Description Mentale - Caractère «

Lou n’est pas forcément une fille parfaitement saine d’esprit, mais cela peut se comprendre quand on sait ce qu’il lui est arrivé. Pourtant, même si elle n’est pas comme tout le monde, elle a les mêmes émotions et les mêmes sentiments. Douce et gentille, elle déborde de bonne volonté et d’énergie en toute heure. Elle ressent un besoin de plaire aux gens qu’elle aime, et du coup, d’y passer autant d’heures qu’il le faudra. Légèrement perfectionniste sur les bords, elle aime que tout soit parfait et en ordre. Les habitudes, pour elle, sont primordiales. Mais attention ! Il ne faut pas croire que la jeune fille est autiste. Non, son « problème » est ailleurs ; nous y reviendrons plus tard. De nature calme, elle n’aime pas s’énerver, mais quand elle le fait… ça chauffe. Elle se retient la plupart du temps de dire ce qu’elle pense, alors quand elle se libère, elle ne le fait pas qu’à moitié. Vous en avez pour des heures jusqu’à ce qu’elle se calme. Mais rassurez-vous, elle n’est pas dangereuse – pas vraiment -, donc vous ne risquez pas grand-chose, à part une bonne migraine. Et puis, il ne faut pas exagérez, mais cela ne lui arrive pas non plus tout le temps.

Passons maintenant à sa… différence, appelons la comme ça. Elle est surdouée. Vous devez vous dire, mais c’est génial : elle est super-intelligente ! Oui mais non. D’un côté, elle sait beaucoup de choses et ne peut s’empêcher de le montrer, mais elle ne le fait pas exprès. Et malheureusement, les gens pensent souvent qu’elle le fait simplement pour rabaisser les autres. Dotée d’un humour sans faille, elle arrive souvent à leur faire comprendre que ce n’est pas intentionnel, mais pour elle, c’est plus un fardeau qu’autre chose. Très sensible, elle sait quand elle en fait trop, quand les gens en ont marre qu’elle fasse son « intello », comme le disaient ces camarades de classe, mais elle continuera. Elle fait bien sûr des efforts, mais vous n’imaginez pas comme cela peut être dur, parfois. Avec son imagination débordante, ce n’est pas étonnant qu’elle fasse ce métier, celui de chercheuse en biochimie. Il lui permet d’exprimer son plein potentiel, et en plus, elle fait avancer les recherches avec sa volonté d’innovation et sa forte capacité créative. Ça profite à tout le monde ; si la vie n’est pas belle ?

» Histoire «

La famille Okitatsu. Dans le quartier, elle est très réputée. Une famille aisée ne passe généralement pas vraiment inaperçue, surtout quand les enfants ne sont pas vraiment comme tout le monde…

~ ~ ~

- Ce sont des jumeaux, Mme Okitatsu…

Cette dernière ne prit même pas la peine d’afficher la moindre émotion, se contentant de soupirer profondément. Sa grossesse lui pesait, il fallait bien l’avouer. Et en plus, elle devait mettre les bouchées doubles, avec deux bébés. Mais bon. Son mari et elle l’avait décidés, maintenant il fallait s’en tenir. Elle n’avait pas l’habitude de remettre en cause ses décisions, surtout après qu’elle eut autant bassiné son cher mari pour des enfants. Si elle avait su que cela lui prendrait autant d’énergie…

~ ~ ~

- Madame, Monsieur, je suis obligé de vous annoncer que votre fille est malade. Gravement malade.

Cette simple phrase d’un des prestigieux médecins bouleversa le destin d’une enfant, et le cœur de deux personnes. Mr Okitatsu serra la main de sa femme, sous le choc. Il dut s’asseoir sur le lit où elle reposait, malade et affaiblie. Les deux nouveaux parents n’arrivaient pas à se rendre compte de que cela représentait. Ils voulaient des enfants normaux, qui pourraient reprendre leur fortune. Ils avaient heureux quand la naissance s’était bien passé, malgré la souffrance de la mère. Ils n’auraient jamais pensé que le pire pouvait frapper. Et c’était arrivé. Le médecin continua, imperturbable.

- Elle vivra normalement jusqu’à ses 13 ans environ, si elle est bien traitée et qu’elle ne fait pas trop d’efforts, puis elle commencera à souffrir, et enfin elle s’éteindra. Ce genre de cancer ne pardonne pas, je suis désolé.

Ces mots résonnèrent dans la pièce comme un funeste destin. Comme pour ajouter à l’horreur de la situation, la cloche de l’église se mit à égrener ses coups, dix coups, comme pour frapper chaque année qui passerait jusqu’au jour tout serait fini.

~ ~ ~

Les jumeaux jouaient ensemble. Comme le font des enfants normaux, n’est ce pas ? Sauf que dans le cas de Lenny et Lou, c’était tout sauf quelque chose d’anodin. Du fait de leur famille plus que stricte, les jeux étaient pour leurs parents quelque chose de superficiel et totalement inutile. En plus, la petite fille était plus que fragile et tombait malade au moindre coup de vent, alors ils étaient constamment surveillés. Ce qui ne les empêchaient que rarement de s’enfuir tout les deux pour s’amuser ensemble, loin de la sévérité de leur famille…

~ ~ ~

- Donc, si de toutes parts s'étend un libre espace sans limites, si des germes innombrables multipliés à l'infini voltigent de mille façons et de toute éternité, est-il possible de croire que notre globe et notre firmament aient été seuls crées et qu'au-delà il n'y ait qu'oisiveté pour la multitude des atomes ?
- Lou, tu recommences… Laisse-nous, je t’en prie, nous avons fort à faire, et autre chose que d’écouter tes sottes élucubrations de surdouée.

Vous l’aurez compris, Lou est plus intelligente que la moyenne. En tout cas, a une capacité de raisonnement et de logique bien plus élevé que la moyenne. Depuis toute petite, elle citait les plus grands hommes du monde entier à toutes les sauces. Ce qui la fascinait surtout, c’était les étoiles, les planètes, les comètes, et tout ce qui se passait là-haut. Sa curiosité était sans bornes, et fort heureusement pour elle, ses parents avaient les moyens de lui offrir les meilleurs enseignements possibles et tous les livres qu’elle souhaitait. Ce qu’ils faisaient simplement pour qu’elle leur fiche la paix, et que les médecins leur avaient formellement conseillés d’accepter à toutes ses requêtes… Vu qu’elle n’avait pas tellement de temps à vivre. Ce qui ne l’empêchait pas d’essayer de s’amuser et de s’instruire autant qu’elle le pouvait.

~ ~ ~

Des murs beiges. Un lit doux, des édredons confortables. Un verre d’eau à ses côtés. Et une personne a son chevet. Lou ouvrit tout doucement les yeux, et ce simple geste lui causa une grande souffrance dans tout son corps. Elle gémit et son frère se pencha vers elle, l’air inquiet, en murmurant « Lou ? ». Cette dernière sourit avec le peu de forces qu’il lui restait.

- Eh bien, je t’ai connue plus sarcastique, mon petit Lenny.
- Lou, il ne faut pas plaisanter avec ces choses-là, tu sais…
- Lenny ! Oui je le sais mieux que toi. Je vais mourir et personne n’y pourra rien. Eh, ne t’inquiètes pas, grand frère, j’ai vécu douze belles années.
- Ce n’est pas suffisant…
- Peut-être, mais il n’y a plus le choix.

Plus le choix. Ces quelques mois, elle ne cessait de se répéter ces trois petits mots qui scellaient son destin. Elle s’y était préparée, depuis ces 10 ans, que cela arriverait, et pourtant, quand elle avait commencé à souffrir… Au fond d’elle, comme tout le monde, elle avait pensé que ce n’était que des paroles en l’air, que ça n’arriverait pas. Raté… Elle se rappelait parfaitement du premier jour. Le début de la fin…

Comme dans les mauvais films, c’était l’été, il faisait beau et chaud, et tout semblait aller parfaitement normalement. Les Jumeaux avaient décidés de faire un petit tour la nuit, pour observer les étoiles, car ce soir-là, ils devraient y avoir une éclipse ! Comme c’était un fait rare, ils avaient suppliés leurs parents bien stricts, qui avaient finalement acceptés. A condition qu’un des professeurs les accompagne. Un professeur qui était aussi garde du corps à ses heures perdues, ce qu’ils avaient soigneusement omis de préciser. Enfin bref, ce n’est pas un point très important. Comme ils arrivaient sur la petite plaine d’où ils avaient prévu d’observer le phénomène météorologique, Lou fut prise d’une soudaine crampe au ventre, d’une telle violence qu’elle se plia en deux. Comme cela lui passa vite, personne ne s’inquiéta outre mesure. Ce fut quand ça recommença une fois, deux fois, trois fois, toutes à une intervalle de temps d’une dizaine de minutes, et allant crescendo en terme de souffrance, que le professeur commença à se douter de quelque chose, au courant de la maladie de la petite demoiselle. En trois minutes, ils étaient de retour au manoir, Lenny portant sa jumelle secouée de spasmes dans ses bras. Finalement, elle perdit connaissance quand ses parents l’emmenèrent à l’hôpital le plus proche, complètement affolés mais s’efforçant de garder leur sang-froid. Les Jumeaux avaient alors douze ans. A partir de là, comme l’avait prédit les médecins, tout s’était dégradé. Et malgré les plus grands docteurs du monde que les parents payaient, elle déclinait de plus en plus rapidement. La fin était proche, et tout le monde le savait.

Vraiment tout le monde ?

Le gouvernement commença à s’intéresser à l’affaire, nul ne savait pourquoi. Un de leur membre leur rendit visite quand ils étaient tout les quatre dans la petite chambre d’hôpital.

- Madame, Monsieur, je suis enchanté de faire votre connaissance, dit-il dès qu’il entra dans la pièce. Il essayait de regarder les deux parents, mais ses yeux s’attardaient souvent sur Lou, blanche et faible. Il continua : Je suis un envoyé du Gouvernement. Je vais aller droit au but si vous le permettez. Vous n’êtes pas sans savoir que les androïdes font partis de nos vies, et que nous sommes capables de beaucoup de choses. Nous voudrions essayer quelque chose avec votre fille. Nous avons étudié son dossier, nous savons qu’elle est condamnée. Mais grâce à nous, il se pourrait qu’elle survive.

Le mot resta en l’air comme une promesse. Le silence dura longtemps, très longtemps. On entendit seulement, grâce au moniteur branché au cœur de Lou, que celui-ci battait plus vite. Elle avait les yeux fixés sur sa mère, qui elle-même regardait son mari. Celui-ci était ébahi, comme chacun dans la pièce. Etais-ce possible d’imaginer cela ? Que Lou puisse continuer sa vie sous la forme d’une androïde, plus résistante ?

- Bien sûr, en échange de nos… services, il faudra que votre fille mettent ses capacités à la solde du Gouvernement.

Tous les quatre se regardèrent une nouvelle fois. Et en un seul coup d’œil, tout fut décidé. Lou deviendrait un androïde. Si elle survivait aux implants.

~ ~ ~

- Ne t’inquiètes pas, Lou, tout va bien se passer…
- Nous verrons bien, Mère. Nous verrons bien.

Et ce fut les derniers mots de la demoiselle, avant qu’on ne la conduise en bloc opératoire.

~ ~ ~

Trois personnes attendant dans une petite pièce, remplis d’angoisse. Même les parents normalement gardant parfaitement leur sang-froid se rongeaient les ongles avec nervosité. On pouvait sentir la tension palpable. Puis, des pas s’approchèrent. Les deux parents et Lenny se levèrent et regardèrent la porte s’ouvrir sur une des infirmières. Elle leur sourit immédiatement et s’empressa de calmer leur crainte.

- Elle va bien. Elle est réveillée, veuillez me suivre s’il vous plait.

Tous les trois la suivirent dans le dédale de l’hôpital où ils s’étaient rendus si souvent, jusqu’à une autre petite chambre, où une frêle silhouette était allongée sur le lit, les yeux fermés. Il n’y avait aucun moniteur, aucun fil, aucune aiguille, simplement un casque sur les oreilles de Lou. Lenny fut le premier à se précipiter vers sa jumelle. Celle-ci ouvrit doucement les yeux tendis que tous se regroupaient autour d’elle. Un timide sourire fleurit sur ses lèvres.

- L’opération s’est bien passée… Ça a réussi, je vais m’en sortir…
- On… on en était sûrs…

Le soulagement qui suintait de leur voix démontrait le contraire, pourtant elle ne s’en offusqua pas. Elle savait qu’elle était fragile, et elle savait également qu’il y avait des chances pour qu’elle ne marche pas. Pourtant, ils avaient tenté le coup. Et ça avait porté leurs fruits. Désormais, Lou était une Androïde Gouvernementale.

~ ~ ~

Peu de temps après, son frère lui révéla son désir : celui de devenir Void. Quand elle lui en avait demandé la raison, il lui répondit que c’était tout simplement pour continuer à la protéger, et qu’il y arriverait bien mieux s’ils étaient égaux. L’opération se déroula superbement bien, au-delà des espérances de tous. Et quand son frère trouva le moyen, par la suite, avec son cerveau tordu et son habileté avec le métal, à trouvé le moyen de s’introduire dans le Gouvernement à leur insu grâce à ses chaussures pour le moins étrange, tout le monde en a profité. Lou qui se sentait moins seul dans cette immense bâtisse où elle était à présent obligée de travailler, Lenny qui pouvait faire ce qu’il lui plaisait et n’en faire qu’à sa tête, et le Gouvernement, qui profitait en même temps du talent de Lou et de Lenny…


» In Real Life «

» Comment tu t'appelles ? ... Kimi ?
» Tu es né quand ? On veux te souhaiter un Bon Annif' ! 6 Juin 1996
» Comment t'es arrivé(e) chez les nous ? Bonjour, je suis un Double-Compte
» T'en penses quoi, de notre forum ? Faut-il vraiment répondre à cette question ? *o*
» Ça fait longtemps que tu fais du RP ? Quelques années ~

» Code: validé par BD


© BlackDream





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlackDream
FONDA | Give me candies and nobody will get hurt.
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Lou Okitatsu   Mer 20 Juin - 5:50

    Que dire d'autre que : tu es validée ? J'peux même pas citer un point à rectifier °-° ET MON P'TIT BONHEUR DU JOUR ALORS ?! 8D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firstimpact.forumgratuit.be
 
Lou Okitatsu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
First Impact :: Administration :: ✖ Présentation :: × Présentations validées-
Sauter vers: